Mon engagement dans l’Eglise

Rencontre avec Isabelle Boulanger

Séminaire de LilleComment t’est venue l’idée de suivre une formation au CIPAC1 ?

Après ma confirmation en 2009, j’ai souhaité m’investir un peu plus dans la mission de l’Eglise.
J’ai donc intégrée la catéchèse au collège de ma fille aînée pour la préparation des professions
de foi. J’y ai découvert la fonction d’adjointe en pastorale dans l’enseignement catholique.
Le père Vigneau (alors curé à Saint-Matthieu) m’a proposé de participer à un groupe d’accompagnement
autour d’un catéchumène vers le sacrement du baptême. Cette même année, j’ai pu aussi accompagner
personnellement une personne ayant demandé le baptême, et rejoindre ainsi l’équipe des accompagnateurs
du service du catéchuménat pour le doyenné Tourcoing-Neuville.

Je dois beaucoup à ce service et à ses responsables : Agnès Delvarre, responsable pour le
doyenné et Hélène Bossaert, responsable pour le diocèse. Je crois que c’est elles qui ont
discerné en moi quelques prédispositions pour l’animation en pastorale et qui m’ont proposé
la formation au CIPAC, pour laquelle il faut être envoyé par le curé de la paroisse ou un
responsable de service après consultation du doyen et du vicaire épiscopal.

A la fin de cette première année, quelles sont tes impressions ?

Cette première année au CIPAC est appelée “année de discernement”. Elle permet de découvrir
un peu plus la parole de Dieu et surtout comment celle-ci résonne pour nous, dans nos vies,
mais aussi pour l’humanité. Cette année nous oblige à questionner notre foi. Elle nous invite
également à poser des actes de foi dans nos vies du quotidien, à nous engager comme
chrétien dans le monde. Elle nous fait aussi découvrir une posture à adopter pour être les
témoins fidèles du Christ. Des questions se posent : suis-je capable d’adopter cette posture
(remettre en cause mes impatiences parfois mon intolérance), suis-je capable de me
voir confier cette mission ? Je crois que c’est le Christ qui me répond : c’est là qu’Il m’a
appelé, alors Lui, sans doute, doit savoir que j’en suis capable. D’ailleurs, la formation
au CIPAC fait aussi prendre réellement conscience de cette proximité avec le Christ à
chaque instant de notre vie.

Propos recueillis par B. Koenig

1. CIPAC : Centre interdiocésain de formation pastorale et catéchétique.